Education: L’accentuation des problèmes au lycée Alboury Ndiaye de Linguère 2446 élèves sont entassés dans 35 classes physiques

A l’image d’autres écoles du Sénégal, le premier établissement du genre de Linguère traverse une période sombre de son existence. Des difficultés qui se traduisent par des classes aux effectifs pléthoriques, un manque criard de matériels scientifique, de laboratoire et de salles de classe physiques. Pour rappel cet établissement public a été érigé en Lycée en même temps que la création des Inspections d’Académie en 1993.

Ce lycée ne cesse de croître car il accueille à la fois les Enseignements Moyen (de la 6ème à la 3ème) et Secondaire (de la 2nde à la Terminale). Il fonctionne avec 35 classes physiques et 38 classes pédagogiques. Ce manque criard d’infrastructures pédagogiques, explique le fait que les potaches ne soient confinés que dans les 35 salles de classe. Les élèves scientifiques ont saisi cette occasion pour égrener un chapelet de doléances. « La salle informatique ne fonctionne plus, c’est pourquoi nous éprouvons des peines énormes pour faire des recherches sur l’internet » a dit un terminaliste, Magatte Ba. Il poursuit qu’en tant qu’élève scientifique, « nous n’avions jamais vu de circuit ni de . Nous ne faisons que de la théorie mais pas la pratique. C’est pourquoi nous accusons un retard par rapport à nos pairs qui sont dans les autres lycées ». Et d’ajouter : « nous aimerions mieux que les autorités compétentes puissent nous amener du matériel scientifique et qu’on puisse forcer les jeunes à se forger sur les matières scientifiques. Le constat en est que les classes scientifiques sont très insuffisantes par rapport aux littéraires ».

Le président des parents d’élèves du lycée Alboury Ndiaye, Momar Cissé Seck a invité les autorités Académiques et Administratives à décongestionner le lycée. « Pour les effectifs pléthoriques, avec la construction du nouveau lycée, nous pensons que nous pourrons résorber le flux. Des classes de terminale de 70 à 90 élèves , ce qui est insupportable avec la canicule qui sévit à Linguère » s’inquiéte-t-il.

Le proviseur du lycée Alboury Ndiaye, Moustapha Sene qui a présidé la cérémonie officielle de l’ouverture des activités du gouvernement scolaire a étalé les maux du lycée. « La principale difficulté à laquelle nous sommes confrontés, est l’inexistence de la connexion internet. La connexion internet est un intrant de qualité pour l’amélioration des enseignements-apprentissages. Cela fait partie du matériel didactique qui améliore les connaissances des potaches. Les élèves en série scientifique courent derrière un laboratoire et du matériel didactique. Ce labo est impératif pour la qualité des enseignements-apprentissages et cela va impacter au niveau des résultats » Le maintien de la qualité mais aussi pour l’efficience des enseignements apprentissages recommandent des politiques éducatives cohérentes. Ce qui n’existe nulle part ailleurs au lycée Alboury Ndiaye de Linguère Ce qui fait qu’aujourd’hui les résultats que les gens ont le droit d’attendre tardent à répondre. Nous interpelons la classe politique, la population de Linguère et l’élite administrative pour qu’ils posent les actes en vue d’autres lycées qui peuvent décongestionner.

Revelation.sn

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*